L’objectif de tous : Devenir CSP

carteLe département possède à ce jour 7 Centres de Secours Principaux. Chaque secteur en possède un, à quelques exceptions près. En 2012, a été prise la décision d’organiser des reclassements : Depuis la mise en place de la nouvelle Direction, ceux-ci ont lieu tous les trois mois.Le dernier a d’ailleurs eu lieu il y a quelques semaines. Au Nord, le CS montant a été Ingwiller. Quant au sud, le CS montant a été Sundhouse.

Afin de vous dévoiler leurs petits secrets cachés mais aussi de vous donner la possibilité de faire partie des grands un jour, je suis allée à la rencontre des dirigeants de ces deux centres pour qu’ils nous dissent tout, ou presque !

Interview du Capitaine Blak120, Chef de Centre du CSP Ingwiller :

Vous êtes le Chef de centre de Ing depuis début octobre, est-ce que l’objectif de devenir CSP a été l’un de vos premiers sur votre liste ?
Alors oui, ayant repris la tête du CS Ingwiller, et connaissant son passé, mon principal objectif était de redonner à Ingwiller son statut de CSP qu’il avait perdu en juillet 2014.

Vous lui avez donc rendu son statut de CSP très rapidement, est-ce que cela a été une tâche compliquée ?
Avec des responsables motivés, mais également des joueurs qui en veulent, on peut arriver à tout.

Avez-vous organisé des réunions ou débriefings avec vos responsables afin de faire des changements au sein du centre ?
Non, pas des réunions qui concernaient l’ensemble des responsables. On a pris chaque responsable à part, et on a essayé de trouver ce qu’il n’allait pas et de le corriger

14Pouvez-vous nous donner quelques changements bénéfiques tout en préservant la gestion de votre centre ?
Le plus gros changement a été la gestion du budget et un suivi plus poussé des responsables (j’entends par là Responsables et CDS). Concernant le budget, à chaque fin de mois, nous étions obligés de demander une à deux rallonges budgétaires. On a donc travaillait sur un système de répartition du budget qui est avant tout basé sur le fait de faire des économies. Concernant le suivi des responsables, nous somme avec eux. Au moindre souci, à la moindre question, au moindre doute, nous essayons de les guider pour qu’ils trouvent les réponses à leurs questions, et, de ce fait, effectuer leur travail avec sérieux, ce qui n’était pas forcément le cas quand j’ai intégré le centre en tant que CDCA

Bien souvent les CDCs pensent avoir fait leur travail lorsque le centre est passé CSP et continue leur carrière, pensez-vous que cela est votre cas ?
Je ne me cache pas d’avoir postulé à plusieurs postes au sein des Groupements. Cependant, après réflexion, faire passer le centre CSP est une chose, mais rester CSP en est une autre, et je souhaite relever ce défi.


Interview du Lieutenant Nesta, Chef de Centre adjoint du CSP Sundhouse :

Vous êtes le chef de centre de Sund depuis mai, est-ce que l’objectif de devenir CSP a été l’un de vos premiers sur votre liste ?
Oui en effet, devenir CSP était un de mes objectifs dès le début. Et au fur et à mesure j’ai fait mes preuves, celui-ci devenait de plus en plus important.

Est-ce que cela a été une tâche compliquée ?perso4
Cela n’a pas été simple. Nous avons eu des bonnes périodes et des moins bonnes. Je prends l’exemple du reclassement de Juillet 2014 qui nous a fait descendre CPI alors que nous avions fait une très bonne période avant celui-ci.  C’est grâce à nos pompiers. Cela a été d’autant plus difficile parce que nous sommes restés en petit comité pendant très longtemps.

Cela doit être très décevant et démotivant, qu’est-ce qui permet de maintenir les efforts ?
Cela n’a pas été simple pour l’équipe mais surtout pour les joueurs. Pourtant ils se sont montrés fidèles et impressionnants. En l’espace de 6 mois nous sommes passés de CPI à CSP. Ce qui permet de maintenir les efforts, c’est une équipe qui reste disponible et dynamique pour que les pompiers ne perdent pas espoir et se battent jusqu’au bout.

Avez-vous organisé des réunions ou débriefings avec vos responsables afin de faire des changements au sein du centre ?
Des réunions, non pas vraiment. Nous avons un suivi et des conversations individuelles avec chaque responsable. A travers cela ils nous donnent leurs impressions, leurs difficultés et nous les conseillons en fonction. La base est la transparence et la communication, et ce que l’on appelle la « marteau thérapie ». Nous avons également une enquête de satisfaction qui est lancée tous les 3-4 mois qui permettent à l’ensemble des pompiers de faire remonter les points positifs et négatifs sur chaque pôle du centre (Direction, CDS, responsables, Amicale) et de faire des suggestions de façon anonyme. Ensuite chaque pôle est informé des résultats et en tire les enseignements qui doivent en être tiré.

Pouvez-vous nous donner quelques changements bénéfiques tout en préservant la gestion de votre centre ?
Nous avons gardé notre ligne de conduite. Beaucoup de communication journalière, hebdomadaire ou mensuelle en fonction des besoins et au fur et à mesure nous avons donnée aux responsables de l’autonomie. Ils sont responsables de leur stock, de leur commande, de leur travail. Nous effectuons des vérifications mais nous sommes là que comme contrôleurs.
Les CDS sont les garants de leur section, chacun la gère comme il l’entend, tant que ça tourne, nous ne mettons pas notre nez dedans. Et c’est ce qui a fait la réussite de Sundhouse. Avoir des patrons présents mais pas sur leur dos constamment. Pour le reste, nous avons forcément été plus vigilants, surtout pour éviter les indisponibilités.

80Bien souvent les CDCs pensent avoir fait leur travail lorsque le centre est passé CSP et continue leur carrière, pensez-vous que cela est votre cas ?
Il est vrai que c’est un aboutissement mais non, pour l’instant, je n’ai pas trouvé de poste qui pourrait me faire quitter le CSP Sundhouse. Le but maintenant c’est de rester CSP le plus longtemps possible


Enfin d’obtenir encore plus d’information, je suis allée dans les bureaux du 22Groupement Sud afin de rencontrer un ancien Chef de Centre : LuckyDevil dont il a amené le CSP Saverne à la tête du classement.

Interview du Commandant LuckyDevil, ancien Chef de Centre du CSP Saverne :

Vous avez été le chef de centre de Saverne depuis mai 2014, est-ce que l’objectif de devenir CSP a été l’un de vos premiers sur votre liste ?
Non, tout du moins, pas au début.
En effet, 1 mois après avoir été nommé CDC/A, l’ancien CDC a été muté au CODIS. Je me suis donc retrouvé du jour au lendemain seul à la tête de Saverne, avec une expérience réduite, et de plus plusieurs Responsables étaient manquants.
Mes premiers objectifs ont donc été, au quotidien, d’assurer le bon fonctionnement du Centre de Secours, que ce soit au niveau matériel ou management, mais je dois avouer que dans cette période difficile mon objectif était aussi que Saverne ne descende pas CPI, ce qui était ma plus grande crainte.
Heureusement, j’avais hérité d’un Centre de Secours en « bon état », le CDC précédent avait su me former en un temps-record et a continué à me prodiguer ses conseils quand je faisais appel à lui, et j’ai pu compter sur les Responsables restants pour m’épauler dans cette tâche, ainsi que sur l’aide du Groupement quand je me posais des questions.
Ce n’est qu’une fois que je me suis retrouvé avec une équipe complète et formée, dans un Centre de Secours redevenu stable, que nous avons pu nous fixer comme objectif de faire repasser Saverne au statut de CSP.
Mais ce n’a jamais été le premier objectif, notre objectif principal était d’avoir un Centre de Secours viable, cohérent et efficace. Le statut de CSP a été une récompense de nos efforts.

perso1Est-ce que cela a été une tâche compliquée ?
Honnêtement, non. Cela a été long, mais pas compliqué. Nous nous sommes attachés, avec mon adjoint et toute l’équipe de Responsables en place, à ne pas faire d’erreurs. Grâce à l’efficacité et l’implication de tous, nous avons atteint cet objectif sur la durée, car c’est cela le plus compliqué. Il ne s’agit pas d’être exceptionnel sur une courte durée, il s’agit d’être bon tout le temps. Et pour cela, nous avions besoin de tous, du CDC au sapeur, cela a été un formidable travail d’équipe, sans toutes les forces vives du Centre de Secours rien n’auraientt été possibles.
Notre retour au statut de CSP en a été la conséquence.

Avez-vous organisé des réunions ou débriefings avec vos responsables afin de faire des changements au sein du centre ?
Non, tout s’est passé par MP sectorisés : CDC-CDC/A, CDC/A-CDS, CDC/A-Resps, CDC/A-CDG, Amicale…

Pouvez-vous nous donner quelques changements bénéfiques tout en préservant la gestion de votre centre ?
En tout premier lieu, la finalisation d’un Google Doc reprenant les PA par section, les effectifs, la composition des équipes, la gestion des avertissements, la gestion des différents responsables… C’est un très bon document de référence et d’aide à la décision.
Ensuite, une amélioration de la gestion des CDG, en changeant l’amplitude horaire des créneaux.
La finalisation du double habillement nous a également aidés en termes de disponibilité du personnel à compter de Caporal-Chef.
Nous avons aussi redynamisé notre page Facebook.
Il faut aussi noter une gestion importante du personnel, au niveau des recrutements en particulier.
Mais c’est, avant tout, une excellente communication, que ce soit avec les services du Groupement, la Direction, et surtout intra-centre, qui a garanti notre succès.

Bien souvent les CDCs pensent avoir fait leur travail lorsque le centre est 84passé CSP et continue leur carrière, pensez-vous que cela a été votre cas ?
C’était déjà mon cas alors que j’étais simple CDS à Truchtersheim, je suis resté longtemps, mais une fois le Centre de Secours repassé CSP, j’avais le sentiment d’avoir accompli ma tâche, et de pouvoir passer à autre chose.
Cela s’est passé de la même façon à Saverne. Le Centre de Secours était repassé CSP, premier au classement, il y a une excellente équipe en place, il était temps que je laisse le champ libre à mon adjoint qui avait toutes les capacités nécessaires à gérer Saverne et qui le mérite, je partais confiant, avec la satisfaction du travail achevé.


Je remercie les trois interviewés de leur participation. Maintenant à vous de tout donner pour devenir CSP !

Malou31

A propos de Malou31

Commandant Malou31, jeune femme à la tête du Groupement Nord au SDIS 67. Passionnée par les sapeurs-pompiers depuis bien longtemps, à l'heure où les autres dorment, moi, j'aimerai enfiler mon uniforme.